Choses que je ferais différemment en tant que Pasteur

On me demande parfois, « Feriez-vous quelquechose de différent si vous étiez de nouveau pasteur d’une église? » je pense que oui. Voici les quelques petites choses qui me vient à l’esprit.

    1. Je célébrerais plus.  Je ferais de mon mieux pour trouver des manières appropriées de célébrer ce que Dieu fait parmi nous. Réponses aux prières, baptêmes et conversations spirituelles significatives qui valent définitivement le coup de célébrer mais il y a bien plus encore! Lorsque nous manquons de célébrer, nous manquons de donner au Seigneur la gloire qui Lui est dû. Nous manquons de reconnaître qu’Il est actif  et au travail (Et si nous agissons comme cela un peu plus longtemps, nous pouvons manquer de reconnaître Sa présence parmi nous et commencer à le mettre de côté). Célébrer stimule et inspire les gens à reconnaître et à répondre à l’activité de Dieu en eux et à travers eux.
    2. je planifierais moins.  J’étais généralement très prudent à ce sujet, mais je pensais que j’y serais encore un peu plus. Les programmes sont bons à partir du moment où ils vous aident à prendre la responsabilité de votre communauté et à faire des disciples. S’ils vont autre chose que cela, ils rendent les personnes trop occupées, utilisent trop de ressources et nous éloignent de ce que Dieu dit à Son église de faire. J’essaierais de faire bonne usage d’outils comme la Carte Ministérielle pour aider notre réflexion avec cela mais je ferais de mon mieux pour m’assurer que le peuple de Dieu ait vraiment le temps d’aimer et de servir leurs voisins et de construire des genres de relations qui permettent de partager Jésus.
    3. Je ferais plus de baptême.  Ou tout du moins j’espérerais en faire plus. Dans ma dernière église, nous faisions une service de baptême une fois par an, et c’était un service spécial que tout le monde attendait. Je pense que je le ferais plus souvent si j’en avais l’opportunité. Nous avons de plus de ces services spéciaux. Bien sûr, l’autre partie de cette déclaration (« J’en ferais plus.. ») a pleins de différentes implications sur ce que l’église doit faire en ce qui concerne la formation, la planification, faire des disciples, servir, les missions, tout cela. J’aurais besoin de prêter attention à toutes ces choses aussi.
    4. J’aiderais mon église à prêter davantage attention à accueillir et à toutes ces choses que nous pensons qu’elles sont faites mais elles ne le sont pas vraiment.  Le plus je lis, étudie, rend visite, le plus je suis convaincu que la manière dont on accueille les personnes est important. Souvent, le dimanche, nous agissons comme nous nous n’attendons pas à ce que quelqu’un de nouveau se présente. Nous restons dans nos petits cercles. Nous utilisons notre propre langage. Nous assumons que tout le monde sait où est la garderie ou les toilettes. Toutes les choses comme ça. Nous avons besoin de faire mieux.  Les Ouvreurs et ceux chargés de l’accueil ont besoin d’être bien formés et prêts à répondre aux questions et à donner le tour des locaux. Un affichage a besoin d’être visible. Les réguliers ont besoin d’être intentionnels avant et après le service pour ce qui est d’engager avec les nouveaux venus. Ce qui se passe « sur le devant » a besoin d’être présenté en gardant à l’esprit les nouveaux venus. Cette pensé devrait influencer notre manière de prêcher, nos annonces, la manière dont nous présentons et faisons la communion, tout. C’est beaucoup plus que « serrer une poignée de main pendant la musique ». Il faut bien le faire.
    5. Je prêterai plus d’attention au site internet de mon église. Parceque les personnes le consulteront avant de se présenter dans votre batîment. Et si ce n’est pas mis à jour, confus et centré sur les réguliers, elles ne viendront jamais vous rendre visite. Ce n’est pas vraiment spirituel mais cela a de l’importance.
    6. Je créerais plus d’opportunités pour les gens de prier le Dimanche matin. La prière a de l’importance. Ou tout du moins cela devrait. Et pourtant il semble que nous l’oublions lorsque nous nous rassemblons. Je pense qu’il y a une place pour la prière pastorale. et il y a une place pour ouvrir l’autel après le service et inviter les personnes à prier et à prier ensemble. Bien sûr, nous avons besoin de personnes prêtes à prier avec les autres. Mais cela serait honteux si quelqu’un venait à l’église avec un besoin de prière et repartirait sans avoir eu la chance de le faire.
    7. Je créerais autant de manière possible aux personnes pour donner. L’Assiette. le virement automatique, en ligne, par texte, je n’iras pas trop loin dans cel – Contactez mon ami Sandy pour tous les détails. Mais si tout ce que nous faisons et de demander des chèques et du cash, nous ne donnons pas la chance à tout le monde d’adorer à travers le don. Avec cela, je pense que je ferais plus que seulement appeler les ouvreurs à l’avant. Ce sont des moments d’adoration. Ce sont des moments d’adoration qui ont besoin d’être expliqués régulièrement. Aussi, donner aux persones une idée du genre de choses que les dons permettent à l’église de faire est important. (et c’est une manière de célébrer ce que fait Dieu. Regardez-moi faire le grand tour). Je rendrais ces moments importants.

C’est un début. C’est ce que je ferais de différent. J’espére que cela vous aide à réfléchir à quelques choses que vous faites dans votre église.

Marc McAlister

Directeur du Developpement Leadership, l’Église Méthodiste Libre du Canada

 

ajax-loader