L’acte de remarquer

Il y a quelques années, je suis descendu dans mon sous-sol pour prendre une douche. Sur la dernière marche, avant d’atteindre l’interrupteur d’éclairage, je suis entré dans un pouce d’eau. Le chauffe-eau avait fait un trou et inondé le sous-sol. Après avoir coupé l’eau, vidé ce que nous pouvions et aspiré les flaques d’eau, ma femme Morgan et moi avons eu plusieurs conversations sur la marche à suivre. Il y avait deux options.

  1. Nettoyer les dégâts, réparer les dégâts et remettre les choses en place du mieux que nous pouvons.
  2. Rénover le sous-sol.

La deuxième option était vraiment tentante parce que la moquette était vieille, les meubles étaient usés et la douche était petite et exiguë. Pendant des années, nous avions rêvé de ce que pourrait être cet espace et comment nous pourrions le repenser pour qu’il fonctionne mieux.

En fin de compte, nous avons opté pour la première option. Ce n’était pas notre maison, donc y investir n’était pas judicieux et nos ressources à l’époque ne nous permettaient pas de réaliser notre rêve. Nous avons cependant profité de l’occasion pour tout nettoyer en profondeur. La crise nous a donné une bonne occasion d’entreprendre un travail supplémentaire pour rendre notre espace meilleur qu’il ne l’était.

«Ne laissez jamais une bonne crise de se perdre». – Winston Churchill –

C’est une citation clichée, mais je pense que c’est assez approprié pour nous en ce moment. Avant que nous ne soyons trop impatients de revenir à la façon dont les choses étaient, il est sage de regarder honnêtement à quel point ces choses étaient bonnes ou peut-être pas si bonnes. Peut-être que vous rêvez de la façon dont les choses pourraient mieux fonctionner dans votre église ou de la façon dont votre église pourrait mieux atteindre votre communauté, mais cela demande plus de travail et d’efforts au-delà de ce que l’église a la capacité de faire. C’est peut-être le moment idéal pour apporter certains de ces changements, pour essayer quelque chose de nouveau et pour construire à partir de zéro. Il peut aussi être temps de mettre par écrit certaines choses qui ne servent plus l’église ou la communauté, mais personne ne savait comment les laisser partir.

Les grands changements ont toujours un coût. Ce coût peut être financier, matériel, relationnel, etc. Chacun de nous devra évaluer à quel point nous sommes prêts à risquer un grand changement. Ce n’est pas chaque rêve qui sera réalisé et cela est aussi bien. Si tout ce que vous faites est une évaluation approfondie de tout ce que fait votre église et que vous ne changez rien, c’est le bon moment pour regarder autour de vous, même si vous n’arrivez pas au nettoyage en profondeur ou à la rénovation complète. Parfois, le fait de remarquer est juste suffisant pour le moment.

 

Par Seth Freeman
Coach régional et co-pasteur de l’Église Méthodiste Libre de Hampton

ajax-loader