Pensées sur “Nouveau Normal”

Ce fut une période inhabituelle pour les églises. Il y a eu beaucoup de choses à comprendre, et il y a eu beaucoup de leçons apprises. Il y a même eu des découvertes surprenantes et de très bonnes histoires. Tout cela est bon.
Je sais que certains attendent avec impatience le jour où nous pourrons « revenir à la normale », mais je tiens à dire que c’est notre chance, en tant qu’Églises, de mettre en branle une nouvelle norme. Il y a certaines choses que j’aimerais que nous examinions avant de rouvrir nos portes.

Avant de partager cette liste avec vous, j’aimerais vous dire pourquoi j’en ai fait la liste. J’ai entendu un certain nombre de personnes parler de la façon dont elles découvrent des gens qui s’intéressent aux choses spirituelles pendant cette pandémie, y compris des voisins qui veulent parler, des visiteurs de sites Web et de services virtuels, et des choses comme cela. Voici la chose : Je détesterais pour nous tous de supposer que tout ce que nous avons à faire est de rouvrir les portes de l’église (lorsque autorisé), continuer à faire ce que nous avons toujours fait, et en quelque sorte ces gens vont se présenter et rester. Je ne pense pas que cela se produira.

Je dis cela parce que cela n’a pas fonctionné de cette façon dans le passé. Après le 11 septembre, il y a eu une augmentation de l’intérêt spirituel et des conversations spirituelles. Les gens voulaient vraiment prier, et pour être juste, pendant quelques semaines, les gens se sont présentés à l’église, mais dans la plupart des cas, les églises semblaient penser qu’il suffisait d’être là, d’avoir les portes ouvertes et de continuer à faire ce que nous avons toujours fait. Les gens ne sont pas restés pour cela, alors que nous regardons vers la réouverture de nos portes (à un moment donné dans le futur), voici quelques choses que je pense que nous, les églises, ferions bien de réfléchir.

Notre Présence en ligne

La plupart d’entre nous ont trouvé comment se connecter en ligne le dimanche matin, mais voici le fait que beaucoup d’entre nous ont pris conscience que d’autres personnes que « nous » regardent. Je ne pense pas que nous puissions présumer que ces gens se joindront automatiquement à nous lorsque nous ouvrirons nos portes, et je me demande s’ils représentent pour nous un nouveau groupe de personnes non traitées. Je crois que beaucoup de nos églises devront réfléchir et trouver un moyen de rester en ligne même lorsque nous serons de nouveau face à face. Cela devrait inclure trouver des moyens de faire plus que simplement publier du contenu. Les questions pourraient être les suivantes : « Comment pouvons-nous communiquer avec les gens qui se joignent à nous et nous assurer qu’il y a des prochaines étapes à franchir? » et « Que faisons-nous si cela fonctionne? Si nous trouvons réellement de nouvelles personnes qui ont besoin d’être disciple? » Je soupçonne que beaucoup d’églises auront besoin d’avoir ces conversations.

Les gens prennent soin

Je pense qu’un certain nombre d’entre nous ont fait un assez bon travail pour vérifier et voir comment tout le monde se portait, et cela a signifié quelque chose pour beaucoup de gens. Je connais une personne qui a été très heureuse de recevoir un appel téléphonique d’un comité de soins, mais il faut prêter attention à ce qu’elle a dit ensuite. « C’était formidable de recevoir un appel téléphonique, mais c’était le premier contact de ce genre depuis sept ans que je suis à l’église. » Par conséquent, même si nous faisons peut-être du bon travail (peut-être mieux que jamais), je ne pense pas que nous puissions laisser cela nous échapper une fois que les choses « reviendront à la normale ».

Une des choses qui revient constamment sur mon radar, c’est que nos églises sont remplies de personnes seules. Les gens aimeraient avoir quelqu’un à qui parler ou quelqu’un qui pourrait les surveiller. Des gens qui ne devraient pas avoir à dire (de vraies citations que j’ai entendues) « C’est la première fois que quelqu’un m’invite à prendre un café » ou « Nous sommes ici depuis plus de dix ans et nous avons l’impression que personne ne veut prendre le temps de nous connaître ». À bien des égards, nous avons gratté une démangeaison pendant cette pandémie, et en tant qu’églises, nous devons trouver des moyens de continuer à gratter. Cela fait partie de la vie de l’Écriture. La question à laquelle nous devrons répondre est donc la suivante : « Comment pouvons-nous garder ces soins pour les autres? »

Connecter avec la Communauté

Il y a eu beaucoup de bonnes histoires au sujet des églises et des gens qui servent avec amour et qui répondent aux besoins dans leurs quartiers et leurs collectivités. C’est formidable. Nous devons poursuivre dans cette voie. Nous devons poser des questions comme « Comment continuer à servir? » ou « Quelle est la prochaine étape? » ou « Comment construire sur ce que l’église ou les membres ont déjà commencé? » Et bien sûr, « Sommes-nous prêts si les gens répondent et veulent en savoir plus sur le Dieu dont nous partageons l’amour ? » Voici le problème, certains d’entre nous n’ont pas ces histoires. Nous ne sommes pas allés aussi loin. Nous nous inquiétons pour nous. Je pense qu’il est temps pour nous aussi de poser des questions. « Comment se fait-il que nous ne l’ayons pas fait? » Posez des questions et ensuite, « Alors, que pouvons-nous faire? » C’est important et nous devons trouver de bonnes réponses.

Je ne pense pas que nous puissions simplement revenir à la façon dont les choses étaient. Je pense que cette fois-ci, nous avons eu l’occasion d’essayer de nouvelles choses et peut-être de rejoindre de nouvelles personnes, et je ne veux pas faire peur. Ça peut et ça devrait être excitant. Je prierai pour que nos églises aient ces conversations et d’autres importantes, et si moi, l’équipe nationale de leadership, ou les entraîneurs peuvent nous aider, faites-le nous savoir.

 

 

 

 

 

Marc McAlister
Directeur du Développement Leadership et de la Santé de l’Église
Église Méthodiste Libre du Canada

 

ajax-loader