40 Jours de Priere: Dévotions pour Semaines 1-6

DÉVOTIONS POUR LA PREMIÈRE SEMAINE DE NOS 40 JOURS DE PRIÈRE ET DE JEÛNE

Note de l’éditeur: Ces dévotions étaient composées de dirigeants et d’intercesseurs dans les églises EMLC. Pendant que vous les lisez et méditez sur eux, écoutez ce que Dieu nous dit en ce moment. Parfois, ils citent le même passage de l’Écriture… peut-être que Dieu cherche à mettre l’accent sur certaines choses.

JOUR 1          5 avril 2020                Dimanche des Rameaux

“…non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.”   (Matthieu 26:39)

La réponse à cette prière particulière a été que Jésus, celui qui prie, a été brutalement assassiné… et surnaturellement, il a vaincu la mort et ressuscité des morts. Le résultat a été fracassant, mais le voyage a été douloureux pour celui qui a prié la prière. Le sacrifice est habituellement douloureux. Prier cette prière, « pas ma volonté, mais la tienne », est souvent douloureux, mais avec des résultats puissants. C’est la prière qui rend tout à Dieu. C’est une prière qui ne demande pas à voir le résultat, ne demande pas de reconnaissance, ne demande pas de raisons et d’explications de Dieu. C’est une prière très courageuse parce qu’elle pourrait vous conduire dans des endroits que vous n’avez jamais imaginés ou désirés ou rêvé. C’est une prière qui regarde en face de notre fierté, de nos peurs, de nos droits, de nos opinions, de notre ego, de nos goûts et qui dit : « Père, je te fais confiance en premier. Je Te fais confiance avec ma vie, et la vie de ma famille. Quoi que Tu veuilles de moi ou pour moi, je veux aussi!»

Mais pour prier ces mots, il faut être conscient de ce qu’est sa « volonté »! Je veux dire, je ne peux pas renoncer à ma volonté si je ne sais pas quelle est ma volonté. Je ne peux pas me rendre si je ne sais pas ce que je rends. Jésus a prié pour savoir quelle était sa volonté, « prenez cette coupe de Moi ». La reddition exige une conscience de soi.

Bientôt, nous serons ensemble à la Conférence Générale. Prions avec courage : «Seigneur, aide-moi à prendre conscience de mes opinions, de ma fierté, de mes peurs, de mes goûts et de mon ego. Je prie, non pas à ma manière, ou à ma volonté, mais à Toi de le faire. Conduis-nous où Tu veux que nous allions. Non à notre volonté, mais à Toi!»

Évêque Cliff Fletcher

 

JOUR 2          6 avril 2020                NÉANMOINS

Alors il sortit et se dirigea, comme d’habitude, vers le mont des Oliviers. Ses disciples s’y rendirent aussi avec lui.  Quand il fut arrivé, il leur dit : – Priez pour ne pas céder à la tentation. Puis il se retira à la distance d’un jet de pierre, se mit à genoux et pria ainsi :  – O Père, si tu le veux, écarte de moi cette coupe ! Toutefois, que ta volonté soit faite, et non la mienne.  Un ange venu du ciel lui apparut et le fortifia. (Luc 22.39-43)

J’ai constaté que si souvent dans ma vie, j’ai fait l’erreur d’associer ma proximité avec le Père à la facon dont j’étais à l’aise dans ma situation actuelle. Puis, je regarde Jésus dans le jardin. Il est terrifié par ce qui s’en vient. Il ne veut pas le faire. La peur de Jésus est légitime. Ça va devenir moche, vraiment moche.

Je ne peux pas vous dire combien de fois on m’a conseillé de ne pas avoir peur, comme si ma peur était un manque de foi, un manque de confiance dans la bonté de Dieu.

Jésus ne prie pas « Père, retire cette coupe, Non ? OK, pas de problème, je vais bien » Jésus prie « Néanmoins ». Dans le récit de Matthieu (ch. 26), nous sentons son agonie et « néanmoins » signifie que malgré cette douleur encore présente, « non pas ma volonté, mais la tienne, soit faite. »

L’appel du Père est parfois effrayant. Jésus le sait mieux que quiconque.

Cessez de demander une fausse confiance et choisissez plutôt Sa volonté au milieu de la douleur. Ce faisant, soyez fortifiés et encouragés, comme Jésus, par la présence divine.

Pasteur Paul Millar, Westport ON

 

JOUR 3          7 avril 2020   

Celui qui boit de cette eau, reprit Jésus, aura de nouveau soif.  Mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif. Bien plus : l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source intarissable qui jaillira jusque dans la vie éternelle. – Maître, lui dit alors la femme, donne-moi de cette eau-là, pour que je n’aie plus soif et que je n’aie plus besoin de revenir puiser de l’eau ici. – Va donc chercher ton mari, lui dit Jésus, et reviens ici. – Je ne suis pas mariée, lui répondit-elle. – Tu as raison de dire : Je ne suis pas mariée.  En fait tu l’as été cinq fois, et l’homme avec lequel tu vis actuellement n’est pas ton mari. Ce que tu as dit là est vrai. (Jean 5.13-18)

Après des années à mettre Dieu de côté, il semble qu’en 2020 notre terre soit sèche et stérile. Notre monde souffre, souffre, se perd, tombe malade … cherche quelque chose de plus. Ce quelque chose de plus ne peut être accompli qu’en la personne de Jésus-Christ. Nous sommes appelés à prier. Priez pour le réveil de la vie de prière de chaque croyant. Priez tout comme Elie prie pour la pluie, que Dieu ouvre le ciel et ravive le feu du Saint-Esprit en nous. Qu’elle ne pourrait pas être contenue et se propagerait comme un feu sauvage dans toute notre dénomination, à travers le Canada, le monde entier et la terre rapporterait des récoltes de nouveaux croyants en feu pour Christ. Alors que nous prions, Dieu entendra et guérira notre terre. Le Saint-Esprit pleut.

Debbie Stewart, Kemptville ON

 

JOUR 4          8 avril 2020                ILS PRIENT, DIEU RÉPOND

Jésus a dit :     “Prie”  (Luc 11: 1-12)

                        “n’arrête jamais de prier” (Luc 18 : 1-8)

                        “Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite”  (Jean 16.24)

Il y a plusieurs années, je terminais ma formation au Asbury Theological Seminary. Ma femme attendait notre premier enfant et avait quitté le travail, alors j’essayais de travailler et de terminer le séminaire en même temps. Lundi matin, alors que je me rendais au travail, j’ai commencé à dire au Seigneur à quel point je me sentais faible en approchant du ministère pastoral au-delà du séminaire. Ce matin-là, j’ai senti le Seigneur dire: «David, si vous faites de la prière une priorité dans votre vie, je (Dieu) bénirai ton ministère».

Depuis ce temps, j’ai cherché à faire de la prière un élément crucial de ma vie personnelle et pastorale. Cependant, 8 ans plus tard, j’ai traversé une crise que je n’arrivais pas à traverser. J’avais été nommé à Oshawa. À cette époque, l’église d’Oshawa se réunissait dans une école, sans église et sans propriété sur laquelle bâtir.

Pendant 3 mois, nous avons cherché, mais aucune propriété ne semblait correcte ou abordable. Encore une fois, en voyageant à travers la ville pour visiter, j’ai prié: “Seigneur, je ne sais pas quoi faire, les gens sont découragés et je n’ai tout simplement pas l’impression de pouvoir continuer dans cette voie.”

À ce moment-là, Dieu, mon Père céleste, a de nouveau parlé à mon cœur: «David, je ne veux pas que tu continues dans cette voie. Demandez aux autres de prier avec vous et regardez-MOI travailler ». Je suis donc rentré chez moi et j’ai écrit une lettre à 23 pasteurs et conjoints retraités et à d’autres guerriers de prière que je connaissais. Je leur ai parlé de la situation cruciale et je leur ai demandé de prier pour un miracle de terre pour une église à Oshawa.

Deux semaines plus tard, une personne nous a offert 3 acres de terrain à un prix très raisonnable. Mais c’était à Courtice – c’est à 8 kilomètres d’Oshawa! Pourtant, le Conseil a estimé que c’était le plan de Dieu et l’a acheté. Deux mois plus tard, j’ai ouvert le journal d’Oshawa et le titre disait «Courtice Concept»! Oshawa allait construire 10 000 maisons à Courtice! Après cela, il me semble que je me suis éloigné et j’ai regardé Dieu travailler pendant que ces saints de l’Église méthodiste libre priaient.

Je crois profondément que Jésus voulait dire ce qu’IL a dit, quand IL a dit «Priez». Je crois aussi que Dieu voulait dire ce qu’IL a dit quand IL a dit à Salomon: «Si mon peuple prie et cherche ma face, j’entendrai et j’agirai», (II Chron. 7:14).

Watchman Nee dans son livre «Le ministère de prière de l’Église», dit que la prière doit être plus que dévotionnelle, elle doit être un ministère. Je crois profondément que Dieu appelle beaucoup d’entre nous dans l’ÉML qui sont plus âgés à faire de la prière notre ministère. Je serai toujours reconnaissant pour ces pasteurs et veuves à la retraite qui ont intercédé pour Oshawa à ce moment crucial. Mais je crois que Dieu peut le faire à nouveau dans le EMLC, mais IL attend que les saints prient. Joignons-nous ensemble dans l’obéissance, la foi et l’intercession, et attendons que Dieu opère de merveilleux miracles parmi nous dans les jours à venir.

Pasteur David Dyer, Napanee ON

 

JOUR 5          9 avril 2020                REGARDE (Psaume 121)

En lisant le psaume 121, le mot “regarder” est utilisé 5 fois dans 8 courtes strophes. Lui, notre Dieu, nous regarde constamment. La première fois que j’ai lu et commencé à méditer sur ce psaume, j’ai réalisé que j’étais ennuyé que mon Dieu, mon Seigneur, ne faisait que de me regarder. L’observation semblait impersonnelle, non impliquée, distante et distante. Puisque les Psaumes ont été écrits à l’origine en hébreu, j’ai recherché le mot traduit par “regarder” dans la version NIV que je lisais.

Le mot hébreu traduit par «regarder» dans la NIV est « shamar » en hébreu. La définition fournie pour le shamar est – de garder la garde, de rester en sécurité, de préserver, de protéger, de surveiller et de prêter une attention particulière. Shamar est un verbe – un mot d’action dans lequel Dieu est à l’origine d’une action attentive envers nous. Cette définition du shamar est à des kilomètres de l’impression passive, distante et non impliquée que j’avais de notre mot anglais «watch». Shamar est juste l’opposé de ma vision de l’observation lointaine et non engagée. Shamar est profondément personnel, fournissant des soins, des conseils, la sécurité et la protection.

Le Psaume 121, versets 7 et 8 poursuit en disant que nous faisons l’expérience du shamar toute la journée, chaque jour et chaque nuit partout où nous allons – à la fois maintenant et pour toujours. Nous servons en effet un Dieu bon, attentionné et personnellement impliqué. Nous sommes continuellement encerclés par les bras bienveillants de notre Père céleste aimant qui veut et veut renouveler chacun de nous afin que son royaume règne sur la terre comme au ciel.

Père céleste, votre église est composée de nombreux croyants. Aidez chacun de nous à reconnaître et à marcher dans la conscience de vos soins constants, de vos conseils, de votre protection et de votre présence afin de guérir et de renouveler chacune de nos vies.

Nous vous remercions d’avoir “veillé” sur nous individuellement et collectivement en tant qu’église afin que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Amen

Susan Jackson, Peterborough ON

 

JOUR 6          10 avril 2020              VENDREDI SAINT

O Père, si tu le veux, écarte de moi cette coupe ! Toutefois, que ta volonté soit faite, et non la mienne. (Luc 22.42)

Je me suis retrouvé à prier cette prière régulièrement en ces temps sans précédent. L’espoir a été en train de remuer et de monter en moi alors que je m’y suis penché. Je demande au Père de faire cette prière dans son église. Alors que nous nous préparons pour des jours inconnus à venir, je me demande si, en effet, il travaille pour aligner nos volontés sur ses desseins.

Nous voyons à quel point Jésus demande magnifiquement ses désirs et demande au Père. Il n’a pas peur de demander. Pourtant, Il reconnaît qu’il y a un plus grand but et Son rôle est d’être positionné par le Père de la manière que le Père désire. Jésus soumet alors sa volonté humaine à la volonté de son Père. Quelle image parfaite de la façon dont nous pouvons superposer nos prières. Demander la guérison du Seigneur dans cette crise et soumettre simultanément nos espoirs, nos désirs et notre volonté à Son plan parfait et omniscient. Nous pouvons avoir confiance qu’Il voit le commencement depuis la fin et la fin depuis le début.

Eglise, puissions-nous trouver de la joie à apprendre à nous aligner sur la volonté du Père, même si elle ne correspond pas à la nôtre. Il ne nous a pas oubliés, Il ne nous a pas abandonnés. Il est présent et Il travaille à établir «Son Royaume sur terre, comme il est au ciel». Son royaume avancera. Il a promis.

Lauren Roth, Ottawa

 

JOUR 7          11 avril 2020              VENDREDI SAINT

Mais vous êtes aussi ressuscités avec le Christ : recherchez donc les réalités d’en haut, là où se trouve le Christ, qui siège à la droite de Dieu.  De toute votre pensée, tendez vers les réalités d’en haut, et non vers celles qui appartiennent à la terre.  Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu.  Le jour où le Christ apparaîtra, lui qui est votre vie, alors vous paraîtrez, vous aussi, avec lui, en partageant sa gloire. (Colossiens 3.1-4)

Nous croyons au Dieu trinitaire: Père, Fils et Saint-Esprit. La trinité est un mystère, mais une chose que nous savons, c’est que le Dieu trinitaire, qui est un par essence, vit en communauté. Comme le dit Baxter Kruger, «La trinité n’est pas trois types religieux très engagés, assis dans une pièce du ciel. La trinité est un cercle de vie partagée, et la vie qui est partagée est pleine, pas vide, abondante et riche et belle, pas solitaire et triste et ennuyeuse. » Comme vous pouvez l’imaginer, le Père aime le Fils et le Fils aime le Père. Le Père et le Fils aiment l’Esprit qui les aime en retour. Pouvez-vous imaginer la conversation dans cette communauté qui regorge de vie et d’amour?

Tout cela est important pour vous de le savoir à cause de nos Écritures d’aujourd’hui. Quand nous pensons à notre salut, nous pensons souvent à la façon dont Jésus est entré dans nos vies. C’est une merveilleuse vérité. Cependant, ce qui est également vrai, c’est que non seulement Christ est en vous, mais vous êtes aussi en lui. Colossiens 1: 3 dit: “Car tu es mort, et ta vie est maintenant cachée avec Christ en Dieu.”

Vous êtes en Christ et Christ est au milieu de cette merveilleuse communauté remplie de vie et d’amour. La conversation d’amour coule autour de vous, elle coule à travers vous. Remerciez qui vous êtes et où vous êtes. Vous êtes en Christ et Christ est en Dieu.

Pasteur Brent Russett, Perth ON


DÉVOTIONS EN FRANÇAIS POUR LA SEMAINE 2 DE NOS 40 JOURS DE PRIÈRE ET DE JEÛNE

JOUR 8          12 avril 2020

“Qu’il illumine ainsi votre intelligence afin que vous compreniez en quoi consiste l’espérance à laquelle vous avez été appelés, quelle est la glorieuse richesse de l’héritage que Dieu vous fait partager avec tous ceux qui lui appartiennent, et quelle est l’extraordinaire grandeur de la puissance qu’il met en œuvre en notre faveur, à nous qui plaçons notre confiance en lui. Cette puissance, en effet, il l’a déployée dans toute sa force en la faisant agir dans le Christ lorsqu’il l’a ressuscité d’entre les morts et l’a fait siéger à sa droite, dans le monde céleste.  Là, le Christ est placé bien au-dessus de toute Autorité, de toute Puissance, de toute Domination et de toute Souveraineté : au-dessus de tout nom qui puisse être cité, non seulement dans le monde présent, mais aussi dans le monde à venir.   (Éphésiens 1.18-21)

C’est une prière assez lourde à faire, car elle indique que le même pouvoir insondable qui a ressuscité Jésus d’entre les morts vit dans le croyant. N’est-ce pas incroyable! Aussi bons que nous soyons face à la maladie, nous ne pouvons pas ressusciter les morts. Mais Dieu peut et l’a fait, et veut que nous comprenions que cette même puissance vit en nous. C’est pourquoi il est bon pour nous de prier comme l’apôtre Paul l’a fait pour l’Église méthodiste libre au Canada. Plus nous comprendrons le pouvoir que nous avons en Jésus, plus nous serons prêts à affronter « l’impossible ». Par exemple, cette dépendance impossible, ou ce mauvais trait de caractère, ou notre façon anxieuse de vivre, ou l’amertume envers quelqu’un, ou la brisure de ceux qui nous entourent, ou l’intimidation que nous ressentons à propos de quelque chose que Dieu nous appelle. Je crois que les chrétiens vivent en dessous de ce que Dieu veut faire en eux parce qu’ils ne veulent pas plus ou qu’ils ne croient pas qu’il y a plus pour eux. Du temps de l’apôtre Paul, certains disaient que, parce qu’ils étaient sous la grâce maintenant, ils devraient simplement supporter le péché dans leur vie jusqu’à ce qu’ils arrivent au ciel. Mais voici sa réponse: « Nous avons donc été enterrés avec lui par le baptême dans la mort afin que, tout comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous aussi, nous vivions une nouvelle vie

Pendant ces 40 jours, je prie spécialement pour que Dieu nous ouvre les yeux pour comprendre tout ce que nous avons en Jésus, afin que nous nous levions, que nous nous en emparions, et que nous appliquions ce pouvoir à notre vie personnelle et devenions la bénédiction du monde Dieu veut que nous soyons. Alors que nous nous demandons aujourd’hui ce que nous pouvons faire pour aider dans cette crise, je crois que la meilleure chose que nous puissions faire est d’être rempli de l’Esprit. Puis, en tant que mouvement renouvelé, nous pourrons être comme Jésus: « Dieu a oint Jésus de Nazareth avec le Saint-Esprit et avec puissance, et comment il a fait le bien et guéri tous ceux qui étaient sous la puissance du diable, parce que Dieu était avec lui. ” (Ac.10: 38)

Pasteur Ken Roth, Ottawa ON

 

JOUR 9    13 avril 2020     Que s’est-il passé lorsque j’ai commencé à prier pour le réveil?

« Nous ne pouvons pas organiser le réveil, mais nous pouvons mettre nos voiles pour attraper le vent du ciel quand Dieu choisit de souffler à nouveau sur son peuple » – G. Campbell Morgan 

“Confessez vos péchés les uns aux autres et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. Quand un juste prie, sa prière a une grande efficacité..” – Jacques 5:16 

Il y a près de 4 ans, un ami m’a envoyé un courriel me demandant si je voulais le rejoindre ainsi que quelques autres pour commencer à prier pour le réveil. Chacun de nous appartient à 4 dénominations différentes avec des points de vue différents sur la signification du mot « réveil ». Nous avons tous convenu que c’était une bonne idée de commencer et donc depuis 4 ans, nous nous réunissons deux fois par mois pour prier pour le réveil dans nos vies, dans nos confessions et au Canada. Voici un bref aperçu de ce qui s’est passé depuis que j’ai commencé à prier pour le réveil :

  1. J’ai un réseau de support profond. Mes amis prient régulièrement pour moi en dehors de nos heures de prière organisées. Ils écoutent Dieu en mon nom. Ils m’envoient fréquemment des SMS pour partager ce qu’ils entendent et pour demander comment prier. J’offre la même chose. Cela a changé la vie.
  2. Je suis connu des autres. Marcher à travers les hauts et les bas de la vie pendant 4 ans a permis de se connaître profondément. Ce groupe est un cercle sûr dans lequel je suis libre d’ouvrir mon âme et d’avouer des choses que je peux à peine me dire!
  3. J’ai une connexion plus profonde avec Dieu. En m’attirant les uns les autres dans la présence de Dieu, en continuant de veiller les uns sur les autres et en partageant les fardeaux les uns des autres, en connaissant et en cherchant la façon dont Dieu est présent dans la vie quotidienne, je suis devenu plus profondément connecté à Dieu. Rester discipliné dans notre engagement à prier a apporté la guérison dans des domaines de notre vie qui n’auraient pas été possibles sans cohérence.
  4. Je ne sais toujours pas quels sont les plans de Dieu pour nous en tant que dénomination. Je sais que prier pour le réveil de manière régulière et passionnée n’est pas un moyen de forcer la main de Dieu. C’est plutôt une façon païenne de voir Dieu mais ce n’est pas quelque chose que les chrétiens croient. Je crois que nous devons garder nos voiles ouvertes aux vents du ciel et avoir confiance où Dieu nous emmène. Je crois également qu’il existe de nombreuses façons de rejoindre l’œuvre de Dieu dans nos quartiers en attendant sa réponse.

Alors que nous pensons à nous réunir pour la Conférence générale en 2021 (quelle que soit la forme qui prendra éventuellement) et que l’équipe de prière nous demande de nous joindre à eux pour prier pour le réveil, je voulais vous encourager à envisager de vous joindre à nous. Je sais que je suis reconnaissant d’avoir accepté l’invitation à prier ainsi. Je suis convaincu que votre vie sera changée pour le mieux en disant « OUI » à tout ce que Dieu veut faire dans votre vie.

Jared Siebert, Saskatoon SK

 

JOUR 10        14 avril 2020                          En Sa Présence en larmes

Ensuite, Jésus se rendit dans une ville appelée Naïn. Ses disciples et une grande foule l’accompagnaient. Comme il arrivait à la porte de la ville, il rencontra un convoi funèbre : on enterrait le fils unique d’une veuve. Beaucoup d’habitants de la ville suivaient le cortège. Le Seigneur vit la veuve et il fut pris de pitié pour elle ; il lui dit : – Ne pleure pas ! (Luc 7:11-13)

En lisant ce passage, l’autre jour, j’ai eu une boule à la gorge. Je l’ai lu plusieurs fois auparavant, mais aujourd’hui la compassion de notre cher Sauveur s’est inscrite en moi. « Ne pleure pas », dit-il, « lorsque des problèmes vous frappent, je suis là. Et si vous pleurez, ça va aussi, parce que je comprends ». Ces deux mots, « Ne pleure pas », ont tellement de sens et nous disent combien Il nous aime et sympathise avec tous les hauts et les bas de la vie auxquels nous sommes confrontés ici sur terre. Mais quand même, Il est là en disant : « Ne pleure pas ». Pouvons-nous toujours nous souvenir qu’il attend que nous venions à Lui. Sa compassion ne change jamais. Combien nous sommes privilégiés de pouvoir aller directement à la source de tout confort et de savoir qu’Il est conscient de tout ce qui nous concerne.

Prière : Cher Seigneur, puissions-nous ne jamais oublier ton amour et ta préoccupation pour chacun de nous. Nous sommes éternellement reconnaissants de pouvoir venir en ta présence à travers nos larmes. Nous te louons et te remercions pour cette vérité.

Mary Haskett, Ottawa ON

 

JOUR 11        15 avril 2020             

Si alors mon peuple qui est appelé de mon nom s’humilie, prie et recherche ma grâce, s’il se détourne de sa mauvaise conduite, moi, je l’écouterai du ciel, je lui pardonnerai ses péchés et je guérirai son pays. (2 Chroniques 7:14)

Combien de fois Dieu a-t-il pardonné leur péché et guéri leur terre quand ils se sont repentis et l’ont cherché ?

Matthieu 21: …Et Il (Jésus) leur dit: «Il est écrit:« Ma maison sera appelée une maison de prière », mais vous en avez fait une« fosse aux voleurs ».

Qu’avons-nous fait ? Un lieu de fierté, de luttes de pouvoir, de petits griefs ? Lorsque nous prions dans notre groupe pour quelqu’un d’autre, partageons-nous plus de leurs péchés ou problèmes, est-il vraiment nécessaire de demander à Dieu de diriger et de guérir ou de restaurer ? Avons-nous besoin de faire notre propre ménage pour pouvoir dire que c’est une maison de prière ?

Marc 16:15 et une partie de 16 : Et Il leur dit: «Allez dans le monde entier et prêchez l’Évangile à chaque créature. Celui qui croit et qui est baptisé sera sauvé … »

Ce que nous devons faire me semble assez clair.

Répandre l’évangile.

Nous avons tous des dons, des compétences et des bénédictions différents. Nous contribuons tous de nos différentes manières à faire passer le mot si nous sommes intentionnels.

Nous devons nous humilier, prier et demander pardon. Nous devons mettre de l’ordre dans notre maison afin de ne pas exporter autre chose que la Parole de Dieu. Nous devons y arriver. La grande mission n’est pas ridicule. C’est très clair. Nous devons chercher son visage puis obéir.

Nous devons rechercher la volonté de Dieu pour guider les décisions prises lors de la conférence générale afin que nous soyons en mesure de prêcher l’Évangile au monde et cela inclut nos maisons, nos églises, nos communautés et notre pays.

Sue Niblock, Smiths Falls ON

 

JOUR 12        16 avril 2020              Ne pas bouger

« Arrêtez ! dit-il, reconnaissez-moi pour Dieu. Je triomphe des nations, je triomphe sur la terre. » – Psaume 46:10

Le Seigneur m’a répété ce verset à plusieurs reprises au cours des deux dernières années; il survient au cours d’une saison très tumultueuse dans ma vie où il y a eu de nombreuses difficultés et défis hors de mon contrôle. Ce verset fait également partie d’une section de l’Écriture qui proclame la puissance de Dieu et la sécurité que nous avons en lui. Souvent, ce passage est interprété comme signifiant la tranquillité en présence de Dieu. C’est certainement utile. Cependant, en l’étudiant et en méditant, j’ai appris des vérités très intéressantes.

Dans l’hébreu original pour «être tranquille et savoir», l’accent aurait été mis sur le deuxième impératif. En d’autres termes, le sens de cette Écriture est que pour connaître Dieu, nous devons nous abandonner à Lui. S’abandonner signifie «lâcher prise». Abandonner mon propre agenda. Lâcher ma fierté et mes efforts. Abandonner les trésors et les plaisirs de ce monde. Abandonner mes inquiétudes et mes angoisses. Abandonner ma propre compréhension et essayer d’arranger les choses par ma propre force. Lâcher tout ce qui me distrait de la dévotion envers Lui et envers Lui seul.

Ce fut un processus. Je suis toujours en cours. La reddition est un choix que j’ai dû faire quotidiennement. Je trouve que j’essaie souvent de remonter sur la plate-forme pour faire mes propres plans, faire les choses à ma façon. Puis-je vraiment lui faire confiance pour réparer cette relation brisée? Est-ce que je veux vraiment sa volonté dans cette décision que je dois prendre? Mais le Seigneur dans sa miséricorde continue de m’entourer. Il continue de me presser, (même de m’écraser), de me tamiser, de me fouiller et, à travers tout cela, de m’appeler à lui-même.

J’ai appris qu’il vaut mieux choisir de «lâcher prise» et de «laisser faire Dieu». Malgré les circonstances de la vie, mon désir est de faire confiance au Seigneur, de L’adorer, de Le remercier et de Le louer en toutes choses, en particulier les plus difficiles.

Je me suis réveillé l’autre matin avec mon esprit chantant ces versets du Psaume 121: «Je lève les yeux vers les montagnes – d’où vient mon aide? Mon aide vient du Seigneur, Créateur du ciel et de la terre. »

Je choisis de faire confiance à sa direction pour restaurer les relations rompues. Je choisis de lui faire confiance pour rappeler les membres de la famille qui se sont égarés. Je choisis de lui faire confiance pour orienter les décisions difficiles qui doivent être prises. Je choisis de lui faire confiance avec mes proches alors que je les regarde lutter dans la douleur. Je choisis de lui faire confiance pour subvenir à tous mes besoins. Je choisis de lui faire confiance pour m’affiner et me préparer pour son royaume à venir. Je choisis de ne pas bouger et je sais qu’Il est Dieu.

Jean Smith, Ottawa ON

 

JOUR 13        17 avril 2020              Comment se fait-il que la vie se trouve dans la mort?

Avec quelle facilité foulons-nous ce terrain, ce désert pour nous retrouver dans l’autre?

Pour Le rencontrer dans notre cœur.

Et de combien de tours avons-nous besoin pour passer…. Peut-être 40? (Je ris)

Le désir de se relever est un motif qui revient partout. Nous traînons nos doigts le long du papier peint profondément familier. Nos corps résonnent avec la vérité de ce mystère, mais il se sent juste hors de portée de notre logique, la raison qui aime organiser des mots sur des étagères.

Cet espace plus large invite souvent à une poussière et à une saleté tumultueuse, à un temps de lutte strié de sueur, un appel plus profond dans le désert où les miroirs de l’auto-révélation et du défi jusqu’à ce que nous puissions nous poser et nous engager. Pour voir et sentir, goûter et toucher la trinité de Dieu tout autour.

Assis sur nos pierres tombales, nous attendons et regardons la brume se lever. Nous commençons à voir à travers les miroirs du désert pour trouver la myriade étincelante de façons dont nous sommes magnifiquement connectés… une partie les uns des autres. Nos cœurs, sans encombre, bondissent d’un amour profond qui absorbe avec empathie la détresse et le voyage de celui de notre gauche, de notre droite, de ceux qui sont devant nous et derrière. Cette unité est lourde dans nos poitrines, dans la crainte de nos paroles bégayantes, mais nous avec les ailes de l’Esprit, nous montons dans le désir de la plénitude, de la liberté, de la vue du cœur et de l’esprit. Tous aspiraient et offerts dans un amour qui est Lui.

Oh, la chaleur de cette journée! Il appuie sur mes épaules alors que je trébuche sur le sol inégal. Et pourquoi le paysage ressemble-t-il au désert? C’est comme s’il s’étend jusqu’à ce que la lumière cesse. Soudain, je viens à moi, il y a un lieu de rencontre ici, le lieu de la mort et du renouveau… oh comme je m’en réjouis. Accueillons-le ensemble.

Le changement répétitif et continu de posture, l’élargissement de la relation change notre relation avec tout et tout le monde… même le désert.

Tamera Goller.

 

JOUR 14    18 avril 2020                  Agents de changement  (Matthieu 6.9-10)

Dernièrement, j’ai revu et réfléchi à ce que nous appelons communément «la prière du Seigneur» dans Matthieu 6. Bien qu’il existe de nombreuses réflexions qui nous donnent des conseils sur la prière, le récit de Matthieu 6 enregistre les paroles de Jésus lui-même, et je suis sûr qu’il aurait choisi ses mots avec soin alors qu’il expliquait à ses disciples comment ils devaient prier.

Donc, je crois, cela mérite une attention particulière aux mots et je crois qu’il y a beaucoup à explorer et à découvrir dans cette courte prière modèle. Je n’entre pas très loin dans la prière avant d’être arrêté par l’avertissement de Jésus de prier que “que ton royaume vienne, que ta volonté soit faite sur la terre“. Cela me semble non intuitif et profondément intrigant. Le Dieu que nous approchons dans la prière a le pouvoir souverain d’assurer à la fois son royaume à venir et sa volonté de le faire ici sur terre, alors pourquoi Jésus demanderait-il à ses disciples de prier pour ce résultat? Cela indique que Dieu s’est contraint lui-même et son plan rédempteur pour l’humanité dans la mesure où sa volonté ne peut être accomplie qu’en réponse à la prière. Jésus semble enseigner qu’il a confié son «royaume vient», ce qui ramène le royaume et l’influence de Dieu dans le courant de l’humanité, pour nous, dans cette collection d’êtres humains défaillants et maladroits, ses disciples lavés de grâce.

Il semblerait que pour que le royaume de Dieu réussisse, nous devons prier. Cela devrait nous donner des raisons d’augmenter notre sérieux dans la prière, mais aussi de nous émerveiller du fait qu’il nous appelle à être des agents de changement réels et efficaces dans le dessein de son royaume. À cette fin, que notre prière soit «Seigneur, donne-nous un désir, une sagesse et un pouvoir profond pour accomplir cet appel, afin que nous, tes disciples, ton église, reflétions avec compétence qui tu es et ta bonté, que nous soyons efficaces pour amener les incroyants à prendre conscience de vous et de ton évangile de la Bonne Nouvelle. Et puis toi, par ta grâce transformatrice, les amenez aussi dans ton Royaume. »

David Kreutweizer, Sault St. Marie ON


DÉVOTIONS EN FRANÇAIS POUR LA SEMAINE 3 DE NOS 40 JOURS DE PRIÈRE ET DE JEÛNE

JOUR 15        19 avril 2020

Pendant qu’Esdras, prosterné devant le Temple de Dieu, faisait cette prière et cette confession en pleurant, une foule très nombreuse d’hommes, de femmes et d’enfants israélites s’était rassemblée autour de lui, et tous pleuraient abondamment. (Esdras 10.1)

En tant que leader, je suis ému par ce passage pour un certain nombre de raisons. D’abord, le cœur d’Esdras pour être honnête, brisé et contrit devant le Seigneur. J’adore la façon dont la prière et la confession se retrouvent dans ce passage. Je me souviens d’au moins un ou deux moments de ma vie où j’ai pleuré et prié devant le Seigneur comme une posture de confession. Ces moments ont été très bruts, des moments pivots, mais des beaux moments de ma vie. Ils m’ont aidé à aller au-delà des choses qui étaient un fléau pour moi, le résultat a été un profond sentiment de pardon et de paix.

Deuxièmement, j’aime ce passage parce qu’Esdras a été ému de prier comme ça au nom de son peuple. Le mot hébreu pour la prière est parfois utilisé pour des mots comme prier, prier, prier. Cependant, cela peut aussi signifier intercéder. Esdras ne faisait pas partie des hommes qui avaient des relations illégitimes avec des femmes étrangères. Regarder son peuple vivre dans le péché l’a poussé à prier, à intercéder, à se confesser et à pleurer au nom de son peuple. Je sais, en tant que pasteur, je dois cultiver un cœur qui se soucie profondément de mon peuple. Trop souvent, je me retrouve à les laisser à leurs appareils et à revenir à une astuce utile pour me libérer du crochet, “Je ne peux pas faire leurs choix pour eux, je voudrais bien pouvoir.” Je n’ai pas d’outils pour forcer les gens à faire des choix, mais j’ai une prière.

Troisièmement et enfin, j’aime l’image corporative des gens qui se joignent à Esdras pour prier. Ils ont été émus par la façon dont il a mené la prière. Cela a inspiré des hommes, des femmes et des enfants à se rassembler autour de lui. Ils l’ont rejoint en pleurant. Imaginez un groupe d’hommes adultes, entourés de femmes et d’enfants, pleurant dans la prière devant le Seigneur, cela pourrait-il arriver de nos jours? Les larmes seules n’équivalent pas aux prières que Dieu écoute. Mais si ces larmes sont le signe d’un cœur brisé et contrit, Dieu est touché par cela.

Peut-être avez-vous besoin d’être brisé pour quelque chose dans votre propre vie. Peut-être avez-vous besoin d’être brisé devant le Seigneur dans la prière pour votre peuple que vous savez souffrir de la malédiction du péché. Ou enfin, vous devrez peut-être mener la prière de manière à inspirer les gens autour de vous à prier avec vous. Quel que soit le défi, je vous prie de l’embraser des deux bras.

Pasteur Luke Haggett, Ottawa

 

JOUR 16        20 avril 2020 

… il dit : – Vraiment, je vous l’assure : chez personne, en Israël, je n’ai trouvé une telle foi ! (Matthieu 8.10)

Est-ce que nous prions avec une grande foi ? Jésus a été impressionné par la foi d’un soldat romain, qui a sans aucun doute choqué la foule juive. Non seulement il louait la foi de ce Gentil, cet officier romain – un capitaine de leurs oppresseurs – mais il disait que sa foi était plus grande que quiconque dans tout Israël! Qu’est-ce que la foi de ce centurion était si impressionnant et a ému le cœur de Dieu ? Considérons au moins trois caractéristiques, il était humble, désintéressé et convaincu.

En vous aidant de la prière, considérez chacune de ces qualités en lisant le récit de Matthieu 8.5-13. Vous trouverez ci-dessous quelques questions pour vous aider à accélérer votre temps de prière. Commencez par inviter le Saint-Esprit à examiner votre cœur.

Humble

  • Nous sommes tous sujets à la fierté;
  • Nous considérer plus dignes que nous ne le devrions. Passez quelques instants à réfléchir à cette phrase dans la prière “Je ne suis pas digne de vous avoir sous mon toit.” Faisons un dialogue avec Dieu autour de ces questions : dans quels domaines de ma vie suis-je devenu fier ?
  • En hausse : Comment ai-je reflété récemment la valeur de Christ dans mes pensées et mes actions ?

Désintéressé

  • Réfléchissez à nouveau dans la prière
  • Sur la phrase: «Mon serviteur est allongé paralysé à la maison, souffrant terriblement» et dialogue avec Dieu sur les questions suivantes: Qu’est-ce qui me préoccupe le plus aujourd’hui? Suis-je principalement concerné uniquement par mon bien-être ou aussi par le bien-être des autres ? Comment suis-je conscient de ces choses ?
  • Des besoins et des souffrances de ceux qui m’entourent?

Convaincu

  • Enfin, répétez dans la prière
  • La phrase: «Mais dis seulement la parole, et mon serviteur sera guéri» et réfléchissez aux questions: Dans quel domaine de ma vie ai-je le mal d’entendre Dieu parler? Si Dieu devait prononcer un mot dans ma vie aujourd’hui, que devrais-je ressentir ? Dans quelle mesure est mon espoir ?
  • Dépendez-vous de la Parole de Dieu qui m’a été adressée ?

Joel Martin, Madock ON

 

JOUR 17        21 avril 2020              En sa présence à tout moment

Il y avait des moments où je me souvenais quelques jours plus tard, que j’avais promis de prier pour quelqu’un et sa situation. Mais un jour, mon mari, qui est maintenant avec le Seigneur, a dit: nous devons prier dès que nous recevons une demande. L’attention que Dieu nous porte est constante. Dans le Psaume 46: 1, les fils de Koré déclarent: “Dieu est notre refuge et notre force, une aide toujours présente dans les ennuis.” Le psaume nous rappelle que nous pouvons prier à tout moment. Nous pouvons entrer en sa présence à tout moment. Nous n’avons pas à faire la queue, parce que Dieu est omniprésent et omniscient, et prêt à nous écouter et à nous aider. Quelle excellente pensée. Alors que nous nous enfonçons dans le Seigneur dans les jours à venir, prenons le temps de chercher sa présence, d’être continuellement en phase avec lui, où que nous soyons et quelles que soient nos circonstances.

Prière: Seigneur humblement, nous venons devant toi. Nous sommes tellement reconnaissants que vous nous ayez donné une ligne directe vers le ciel, nous permettant de vous faire connaître nos demandes et de placer nos fardeaux au pied de la croix. Puissions-nous ne jamais tenir cela pour acquis, mais être éternellement reconnaissants. Amen

Mary Haskett, Ottawa ON

 

JOUR 19        23 avril 2020 

Mais Jésus leur répondit : – Donnez-leur vous-mêmes à manger. … Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux vers le ciel, prononça la prière de bénédiction et partagea les pains ; puis il donna les morceaux aux disciples pour qu’ils les distribuent à la foule. Il partagea aussi les deux poissons entre tous. (Marc 6.35-43)

En entrant dans la prière, dans mon esprit, je regarde la beauté des gens sérieux qui aident pendant la pandémie. Je vois leur compassion. Leur attitude envers l’amour sacrificiel du prochain est née de Jésus-Christ.

Il y a quelques années, j’ai entendu Os Guiness décrire le système de valeurs dominant de notre génération comme des «fleurs coupées». Nous apprécions les piliers des valeurs judéo-chrétiennes, mais nous avons coupé leurs racines en niant que Dieu est la source. Sans la source, les valeurs s’affaibliront et mourront, comme le sont les fleurs coupées. Les personnes qui font confiance à ces valeurs pour les sauver trouveront leur manque à la fin – en effet, les gens ne pensent même pas qu’ils ont besoin d’être sauvés.

J’ai tenu cette vision du monde humaniste moi-même jusqu’à la fin de la vingtaine, et c’est toujours le système de croyances de mes plus chers amis.

Alors que je prie, les larmes viennent et je suis sincère pour les yeux aveugles.

Je prends conscience que Dieu veut faire un renouveau en moi en remuant deux choses : ma profonde préoccupation pour eux et ma foi en lui.

Je me souviens de l’alimentation miraculeuse des cinq mille. Avant de faire le miracle, il a changé la posture des disciples en leur disant de nourrir la foule. Tout d’abord, il leur a fait penser à le faire eux-mêmes (même s’ils n’avaient pas de solution, ils devaient s’approprier le problème), puis il a fait le miracle. Les disciples avaient cinq pains, deux poissons et Jésus a pu nourrir la foule.

Aujourd’hui, les foules qui font confiance aux fleurs coupées ont besoin d’un miracle du Saint-Esprit. Ils ne demandent pas le miracle.

Mais au fur et à mesure que nous nous renouvelons, nous demandons, avec une préoccupation sérieuse et avec foi. Nous, disciples du Christ dans cette génération, devons demander; cela rendra gloire à notre Père (Jean 15: 8).

Sarah Jackson, Ottawa, ON

 

JOUR 20        24 avril 2020             

De temps en temps, quand j’étais pasteur, on me posait une variante d’une question qui semble applicable de nos jours. Sous une forme ou une autre, on me demanderait s’il était acceptable de se fâcher contre Dieu ou même de se plaindre à Dieu si je n’aime pas ce qui se passe. Vous pouvez voir où cela pourrait s’appliquer aux circonstances actuelles.

La réponse, je pense, est un oui nuancé. Oui, car je crois que la prière doit être honnête. Dieu ne veut pas vraiment entendre nos belles phrases et nos belles paroles. Il aspire à ce que nous ouvrions nos cœurs et le laissions au centre de tout ce qui se passe. Il est venu pour faire partie de nos vies très réelles, pas seulement pour entendre nos belles paroles qui peuvent ne pas sonner vraies. Donc, si nous sommes frustrés ou découragés ou effrayés ou en colère ou quoi que ce soit d’autre que nous pourrions considérer comme «négatifs», nous devons encore laisser Dieu le dire.

De plus, l’Écriture est pleine de toutes sortes de prières. Certains semblent plutôt fâchés. Et certains d’entre eux ressemblent à une plainte. Avez-vous déjà lu les Psaumes ? Ce sont de vraies prières. Parfois avec une demande de frapper un ennemi ou deux. (P.S. – Ne le transportez pas en petit groupe. C’est juste une prière pour vous et Dieu). Alors Dieu écoute et comprend ces prières. Il n’est pas surpris ou choqué ou offensé ou quelque chose comme ça. Tant que nous sommes disposés à écouter aussi.

Et cela m’amène à la partie qualifiée du oui qualifié. Je crois que Dieu écoutera n’importe laquelle de nos prières. Mais si tout le but est de se défouler ou de se plaindre, nous pourrions ne pas faire le meilleur usage de notre temps avec Dieu.

Cependant, si nous voulons être honnêtes avec Dieu et l’inviter à travailler en nous, je pense que Dieu peut faire des choses incroyables en nous et à travers nous.

« Je suis en colère, entendez-moi rugir » est une prière très différente de « Père, je suis fou de ce qui se passe. Voudriez-vous m’aider pour que cette colère ne prenne pas racine et ne se transforme pas en quelque chose de laid et de sombre dans ma vie. Et si possible, pourriez-vous aider cette colère à me pousser à rendre hommage à Dieu ». On donne à Dieu de la place pour travailler. L’autre n’est qu’une liste. «Dieu, j’ai peur. Voici ce dont j’ai peur » n’est pas aussi utile que « Père, j’ai peur en ce moment. Souhaitez-vous apaiser ma peur, me rassurer de votre présence et m’aider à apporter la paix et l’espoir à d’autres qui pourraient aussi avoir peur? »

Alors, priez tout cela pour Dieu. Même vos peurs, vos doutes et votre colère qui montent ces jours-ci. Mais ne vous arrêtez pas là. Invitez Dieu au milieu de cela à travailler en vous, vous rendant plus semblable à lui et vous équipant pour servir en son nom.

Marc McAlister, directeur du développement du leadership et de la santé de l’église.

 

JOUR 21        25 avril 2020             

Voici ce que dit le Seigneur des armées célestes : Des peuples et les habitants de villes nombreuses vont encore venir. Les habitants d’une ville iront dans une autre et s’inviteront en disant : « Allons, mettons-nous en route pour implorer l’Eternel, le Seigneur des armées célestes, et pour rechercher sa présence. » Et on leur répondra : « Oui, moi aussi, je veux y aller ! »  Ainsi des peuples nombreux et des nations puissantes viendront rechercher la présence du Seigneur des armées célestes, à Jérusalem, et l’implorer.  Voici ce que dit le Seigneur des armées célestes : En ce temps-là, des hommes de dix nations parlant différentes langues s’accrocheront à un Juif par le pan de son vêtement en déclarant : « Nous voudrions aller avec vous, car nous avons appris que Dieu est avec vous. » (Zacharie 8.20-23)

Au cours de ces 40 jours de prière et de jeûne, j’ai poussé Dieu à susciter un esprit d’intercession dans nos églises afin que nous devenions des maisons de prière que Dieu habite de manière notable. Remarquable parce que les gens autour de nous, et même les nations, verront que nous avons une relation avec Dieu et qu’Il entend nos prières. À cause de cela, ils se tournent de plus en plus vers nous et demandent nos prières et Dieu se montre et se fait connaître comme il l’a fait quand Jésus a marché sur la terre. Ils se tournent vers nous comme la maison de prière dont Salomon a parlé et apprennent à craindre de manquer sa bénédiction (2 Chron. 6: 32,33).

Cependant, nous construire dans une maison de prière est un travail difficile et parfois nous pouvons être fatigués ou découragés. Dans le livre de Zacharie, Zorobabel le gouverneur et Josué le souverain sacrificateur ont été invités à reconstruire le temple, avec la promesse que ce ne serait ni par la puissance, mais par l’Esprit de Dieu. Dieu leur a dit que le fondement qui avait été posé sera également achevé, et qu’il ne faut pas mépriser les petits commencements (Zach.4: 6-10). Ce que l’équipe nationale de prière et le FMCIC font pour se transformer en maison de prière, peut avoir de petits débuts, mais Dieu promet qu’Il fait quelque chose de grand en nous et à travers nous à cause de cela. Alors, soyons forts et courageux et laissons chaque église construire sa part du bâtiment et voir ce que Dieu fera dans les jours à venir, car il fait plus que ce que nous pouvons demander ou imaginer.

Pasteur Ken Roth, responsable de l’équipe nationale de prière


DÉVOTIONS EN FRANÇAIS POUR LA SEMAINE 4 DE NOS 40 JOURS DE PRIÈRE ET DE JEÛNE

JOUR 22        26 avril 2020

La nuit suivante, l’Eternel dit à Gédéon : – Prends le jeune taureau de ton père et le second, celui de sept ans. Démolis l’autel de Baal qui est à ton père et abats le poteau sacré qui est dressé à côté. (Juges 6.25)

À la lumière de la grande victoire que l’histoire de Gédéon comprend, il est facile d’oublier la première mission et la victoire que Dieu a accordées à Gédéon: Abattez d’abord les idoles à la maison. Je me demande comment la bataille aurait pu se dérouler s’il n’était pas diligent en établissant d’abord l’autorité et la centralité de Dieu chez lui. Ma propre expérience dit «mal». Non pas parce qu’il n’a pas été appelé, mais parce qu’il ne s’est pas encore personnellement soumis à l’autorité qu’il devait exercer publiquement.

Quiconque a délivré un message de Dieu connaît la «joie» de se préparer – quand ce n’est pas seulement la préparation des mots, mais le processus par lequel Dieu doit écrire le message dans le cœur du messager. Parlez au sujet du pardon et trouvez que vous devez travailler à travers votre propre pardon avant de pouvoir transmettre le message. Cela semble familier ? C’est bien plus qu’apprendre une leçon. C’est beaucoup plus difficile que ça. C’est le processus de la soumission à Dieu.

Mais pensez-y, quand Gédéon a-t-il commencé à vaincre les ennemis d’Israël? Était-ce quand il a marché contre Madian, une mini-armée en remorque, des pots en argile et des torches à la main? Ou était-ce quand il a démoli les idoles de sa propre vie et de sa famille? La victoire privée mène à la victoire publique.

Le Covid-19 réécrit bon nombre de nos réalités. Mon cœur est exposé. Et vous? Prenez courage, peut-être que le Seigneur n’est pas loin, mais très proche, nous préparant tendrement pour de futures victoires publiques.

Rév. Kent Bandy, directeur d’Ellel Minitries

 

JOUR 23        27 avril 2020 

J’aspire à toi pendant la nuit, et mon esprit te recherche au matin. Lorsque tes jugements s’exercent sur la terre, les habitants du monde apprennent la justice. (Esaïe 26.9)

Il y a un désir pour que tout soit réparé. Ésaïe dépeint magnifiquement le désir des jugements de Dieu parce qu’Ésaïe est pleinement confiant dans la bonté du Seigneur. La justice du Seigneur est riche, belle et parfaitement parfaite. C’est ce dont le monde a besoin mais il ne le sait pas. J’ai demandé au Seigneur de réinventer ma compréhension de la justice et du jugement afin qu’ils s’alignent sur qui Il est. Comme Esaïe, je veux être pleinement convaincu qu’il n’y a de perfection que lorsqu’il administre le jugement et la justice. Sa compassion, son amour, sa justice, sa colère, sa miséricorde, sa patience, etc. Tous ces éléments fonctionnent en tandem parfait et ne peuvent pas être séparés lorsqu’il administre le jugement, contrairement au jugement humain.

En tant qu’église mondiale, nous intercédons vers le Seigneur. Nous demandons son aide, sa présence. Nous intercédons. Nous lui demandons de venir. J’ai été frappé de voir que dans notre demande (en nous joignant à la prière de Jean dans Apocalypse 22:20), Il réunira la plénitude de qui Il est, travaillant de manière transparente et parfaite ensemble.

Église, alors que nous prions ensemble pour qu’Il vienne, pour accomplir Ses œuvres puissantes, Lui seul rencontrera ce désir de tout arranger. Nous ne devons pas avoir peur de ce qui nous attend. Nous pouvons faire confiance à son caractère parfait qui ne fonctionne que par une parfaite bonté.

Lauren Roth, Ottawa ON

 

JOUR 24        28 avril 2020              Où puis-je aller sinon auprès du Seigneur?

Je pars, mais je vous laisse la paix, c’est ma paix que je vous donne. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. C’est pourquoi, ne soyez pas troublés et n’ayez aucune crainte en votre cœur. (Jean 14.27)

Où puis-je aller sinon auprès du Seigneur? Cette phrase d’une chanson d’antan m’est venue à l’esprit ce matin. Aller à Jésus est la meilleure et la bonne chose à faire en ces temps de troubles. Nous ne savons pas ce qui nous attend. Nous ne savons pas quand nous allons nous serrer les uns contre les autres librement et romprons le pain ensemble. Cependant, nous pouvons chercher celui qui sait.

Prions pour que le chaos que nous vivons aujourd’hui fasse crier l’homme à Dieu. Que des milliers viendront au salut avant ce dernier et terrible jour du retour du Seigneur. Nous, croyants, sommes appelés à tendre la main. Nos attitudes et notre gentillesse influenceront-elles les autres à vouloir connaître le Dieu de notre salut ?

Récemment, j’ai entendu un homme dans une interview télévisée, dire comment ses priorités avaient changé depuis COVID 19. Sa jolie maison et sa belle voiture chère avaient peu d’importance. Ce qui lui importait, c’était sa famille, leur sécurité et leur bien-être et leur protection contre le virus. Il a également parlé du plaisir de son jardin et de la paix qu’il a trouvée en y passant du temps. J’espère qu’il a rencontré Dieu dans son jardin.

Dans le livre de Jean, Jésus a de nombreuses conversations avec ses disciples. Une fois qu’Il a déclaré: «Vous connaîtrez la vérité, et la vérité fera de vous des hommes libres» (Jean 8.32).

Prions pour que les hommes et les femmes quittent les yeux des problèmes de ce monde et deviennent libres en Jésus.

Mary Haskett, Ottawa ON

 

JOUR 25        29 avril 2020 

« Arrêtez ! dit-il, reconnaissez-moi pour Dieu. Je triomphe des nations, je triomphe sur la terre. » (Psaume 46.10)

J’ai parfois du mal à m’endormir. Je suis naturellement un oiseau de nuit et mon cerveau s’allume la nuit, au lieu de s’éteindre. J’ai tout essayé. J’ai un stylo et un bloc-notes à côté du lit pour pouvoir écrire des pensées et des idées – parfois dans l’obscurité. Le lait chaud, le Thé de nuit ne fonctionne pas, même les somnifères ne fonctionnent pas pour moi. Mais ce que j’ai trouvé, c’est que la maison, le quartier est très calme la nuit. Donc, j’ai certains de mes meilleurs moments de dévotion la nuit.

Le mot sacré qui me centre lorsque mon cerveau tourne encore et encore est le mot « toujours » « Soyez tranquille et sachez que je suis Dieu » prend une signification plus profonde pour moi la nuit. Je suis en mesure de gérer les événements de la journée et de me rappeler qu’il est sur le trône de ma vie et qu’il est mon aide constante.

1 Rois 19 me rappele, que le chuchotement doux, la « petite voix » peut percer pour moi la nuit quand le jour et toutes ses exigences sont terminées. Le bruit de la journée, les erreurs commises, les regrets, les distractions, tout s’estompe à l’arrière-plan et je peux écouter.

Et lorsque les préoccupations et les délais me pèsent lourdement pour le lendemain, je me souviens d’Exode 14.14. « L’Eternel combattra pour vous, et vous, tenez-vous tranquilles »

Et lorsque les inquiétudes se transforment en tempêtes, comme elles le font souvent, je me souviens de Marc 4.39. « Il se réveilla, parla sévèrement au vent et ordonna au lac : – Silence ! Tais-toi » Puis le vent est tombé et c’était complètement calme. » Et je prie, « Jésus, c’est toujours la tempête en moi. »

Je vais me redire les mots – « Soyez tranquille » – comme un rappel sacré de toutes ces choses, et comme un rappel que Sa voix est celle que je veux vraiment entendre avant tout le bruit.

Pasteur Kathy Casement, Verona ON

 

JOUR 26        30 avril 2020             

Quand vint le tour de Simon Pierre, celui-ci protesta : – Toi, Seigneur, tu veux me laver les pieds ?… Jésus lui répondit : – Si je ne te lave pas, il n’y a plus rien de commun entre toi et moi. (Jean 13.6-8)

Jésus se pencha pour servir et Peter l’arrêta. Il l’appelle Seigneur, et pourtant il ne peut accepter son geste de service. Son empreinte culturelle ne le permettra pas et sa piété doit être démontrée. Pierre, en entendant la réponse de Jésus dit avec un cri passionné, « ne me lave pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête » Jean 13.9

Jésus corrige gentiment Pierre et réoriente son enthousiasme pour la propreté rituelle vers cette réalité profonde, « vous êtes purs ». À un moment où Pierre pense qu’un symbole extérieur l’aiderait à « faire partie » de Jésus, il se trompe sur le fait qu’il est déjà un ami.

Ce mois-ci, j’ai été tenté de faire mon jeûne avec des cendres sur la tête. J’ai été tenté de croire qu’en « me mettant à part », je fais quelque chose. Oh oui, je participe, mais je devais réaliser que je ne fais pas le travail. Être mis à part, être propre est toujours son œuvre.

Plus je me concentrais sur la satisfaction de mon jeûne, plus je faisais une liste de contrôle spirituelle en cochant vigoureusement les cases : jeûnez … examinez, priez … examinez…, l’heure de prière du dimanche soir … examinez, lire le blog … la plupart des jours – examinez. Plus j’ai coché de cases, plus la consécration est devenue mon travail. J’ai été tenté de m’élever au-dessus de la foule des disciples et d’afficher ma justice en déclarant avec audace: « pas seulement mes pieds mais aussi mes mains et ma tête ». Mais je connais ma propre âme. Je sais que j’ai coché les cases spirituelles pour le bien de la foule et non pour celui qui est Un.

Puis dans cet espace de voir ma propre âme et de savoir que j’ai coché les cases des autres et non de mon Père, je me sens impur comme un enfant pris dans un conte sans issue. Dans un moment très précieux, je me tiens devant mon Père et je reconnais qu’il a tout vu et n’a jamais été dupe.

Alors, j’ai lu les mots «tu es propre» et j’entends mon Père dire: «Laisse-moi faire le travail. Laisse-moi te laver les pieds, laisse-moi te consacrer. Permettez-moi de changer ton cœur. Rends-toi au lieu d’en faire plus, et je te consacrerai. »

Pasteur Luke Haggett, Ottawa ON

 

JOUR 27        1 mai 2020              

Oui, cherchons à connaître l’Eternel, efforçons-nous de le connaître. Sa venue est aussi certaine que celle de l’aurore, et il viendra vers nous comme la pluie, comme les ondées du printemps qui arrosent la terre. » (Osée 6.3)

Reconnaître : accepter ou admettre l’existence ou la vérité de, affirmer, avouer, diffuser, proclamer, reconnaître l’importance de.

Appuyez sur : pour continuer à avancer de manière énergique ou régulière; de continuer à faire quelque chose surtout d’une manière déterminée.

Avez-vous déjà pensé à la raison pour laquelle Dieu a créé les êtres humains – en particulier avec tout ce qui se passe dans le monde ou quand nous regardons nos propres défauts? Ici, au milieu d’Osée, une histoire d’infidélité, de repentance et de restauration, nous apercevons pourquoi – Dieu aspire à ce que nous Le connaissions afin qu’il puisse venir à nous, nous apparaître et avoir une relation avec nous.

Le Seigneur veut que nous reconnaissions, admettions et acceptions que Dieu EST et Il est fidèle et fidèle à sa parole. Mais c’est plus qu’une acceptation passive. C’est celui qui insiste pour le reconnaître de manière déterminée et régulière. Comme Marie de Béthanie qui allait à l’encontre des normes socialement acceptées de la journée, est entrée dans la maison de Simon au moment du repas et a versé de l’huile sur les pieds de Jésus en reconnaissant qui il était et ce qu’il avait fait pour elle.

La chose belle et merveilleuse à ce sujet est que Jésus la regarda avec faveur tout en réprimandant Simon (Jean 12.1-11). Ce verset dans Osée nous dit que c’est ce qu’il fait lorsque nous le reconnaissons et que nous le pressons. Il apparaîtra, il viendra à nous aussi sûrement que le soleil se lève, que les pluies d’hiver et de printemps arrivent. Jésus viendra.

N’est-ce pas excitant de faire partie d’un corps qui le presse collectivement? Dieu a parlé aux individus et aux nations et Il nous parle. Nous pouvons être sûrs qu’Il viendra – pour nous individuellement et collectivement – Il a donné Sa parole qu’Il viendra. Et pour cela, je suis très reconnaissant.

Reconnaissez-le, appuyez sur lui – IL VIENDRA.

Linda Roth, Ottawa ON

 

JOUR 28        2 mai 2020                  Le jugement de Dieu est-il sur le monde dans cette pandémie?

Car ce n’est pas pour juger le monde que je suis venu, c’est pour le sauver.  (Jean 12.47b)

Cette question préoccupe beaucoup de gens ces jours-ci et je pense que c’est une question valable à poser. Rappelez-vous, quand on demande ou pense, beaucoup d’entre nous sont plongés dans la vision du monde de notre monde occidental, on devient très agité. La personne à l’esprit occidental attend, prête à bondir sur quiconque oserait suggérer que Dieu serait ce méchant. Et de nombreux chrétiens ont peur de regarder cette question en face des yeux, au cas où ils découvriraient que c’est vrai et qu’ils seraient ostracisés s’ils suggéraient même qu’ils auraient pensé que c’était le cas.

J’ai réfléchi à cela et j’ai conclu que je ne sais pas si Dieu a directement mis le fléau, mais je sais qu’Il l’a souverainement permis comme moyen d’inciter les gens à chercher son aide et finalement à le chercher. Après qu’Adam et Eve ont décidé d’essayer d’être des dieux eux-mêmes et de vivre dans leur propre sagesse et force en dehors de Dieu, il a maudit le monde avec de nombreux malheurs, y compris des pandémies, comme un moyen de nous rappeler à lui-même. En fait, il utilise à la fois les bénédictions et les malédictions de la vie pour être comme des garde-corps sur le chemin de la vie qui, s’ils sont pris en compte, guideront vers lui.

La venue de Jésus était en fait à la fois une source de bénédiction et de malédiction pour le monde, car si nous acceptons le salut qu’il nous offre, nous sommes bénis et si nous le rejetons, nous sommes maudits.

Jésus exprime cette vérité avec ces mots dans Jean 12: 47b, 48: « car ce n’est pas pour juger le monde que je suis venu, c’est pour le sauver. Celui donc qui me méprise et qui ne tient pas compte de mes paroles a déjà son juge : c’est cette Parole même que j’ai prononcée ; elle le jugera au dernier jour

C’est pourquoi Jésus a pleuré sur Jérusalem alors qu’il montait dans la ville ce que nous appelons le dimanche des Rameaux et a dit: « Ah, dit-il, si seulement tu avais compris, toi aussi, en ce jour, de quoi dépend ta paix ! Mais, hélas, à présent, tout cela est caché à tes yeux » (Luc 19.42)

Pour cette raison, je suis poussé à prier:

  1. Que le monde s’éveillera à son besoin de Dieu et que Jésus est le chemin vers la faveur, la bénédiction et la vie éternelle de Dieu.
  2. Que l’Église ne sera pas prise dans l’anxiété et la négativité, mais permettra à Dieu d’utiliser ces épreuves pour développer notre caractère afin que nous devenions plus comme Jésus.
  3. Que l’Église soit incitée à prier pour une effusion de l’Esprit Saint qui nous renouvellera afin que nous puissions briller comme des lumières en cette heure sombre, qui pourrait bien n’être que le début d’autres temps difficiles.

(Cette dévotion est basée sur un message que j’ai livré au Chapel Ridge FMC à Ottawa dimanche dernier et si vous êtes intéressé à en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez aller sur le lien ci-dessous) https://drive.google.com/open?id=1CV3ZZBWZX8mTusTqP2kiKTdU7oSa2ngJ

Pasteur Ken, Leader de l’équipe nationale de prière


DÉVOTIONS EN FRANÇAIS POUR LA SEMAINE 5 DE NOS 40 JOURS DE PRIÈRE ET DE JEÛNE

JOUR 29        3 mai 2020

Devons-nous prier pour revenir à la « normale » ?

Dieu observait ce qui se passait sur la terre, il vit que le monde était corrompu, car toute l’humanité suivait la voie du mal. (Genèse 6.12)

Dans ce temps de crise que nous vivons actuellement, jamais l’Église et les chrétiens se sont autant unis pour prier et intercéder afin que Dieu puisse agir pour guérir les malades du coronavirus, pour que la puissance de Dieu agisse pour enrayer cette pandémie et mettre fin à la propagation du virus.

Mais la question que je me pose et qui est venu à la suite de différentes réflexions (dont principalement par un article envoyé par un ami chrétien) : est-ce que je dois prier pour un retour à la normal, c’est-à-dire à ce que nous vivions avant ?

Avant la crise, il y a cela pas plus de 6 semaines, les gens dépensaient sans compter et en crédit, allaient faire leur achat surtout le dimanche (au Québec le gouvernement a fermé tous les magasins depuis 3 semaines le dimanche et cela n’était pas arrivé depuis 28 ans !), nous ne connaissions pas ou peu notre voisin ou nous avions peu de considération de ce qu’il vivait, nous ne faisions pas trop attention à nos ainés dans les maisons de personnes âgées, etc. Nous vivions notre vie sans trop de soucis et sans trop se poser de questions…

Même en tant que chrétien, nous pouvions assister au culte du dimanche et durant la semaine nous oublions notre communion avec Dieu, ainsi qu’avec nos frères et sœurs chrétiens.

Mais avec la crise, du confinement, des arrêts de tous les services non essentiels, de la fermeture des lieux de culte, nous avons été surpris et nous nous sommes mis à « prier » ! Alors la question se repose : voulons-nous vraiment revenir à la « normale » comme avant dans cette insouciance et dans un esprit où même le chrétien faisait sa « petite vie chrétienne » sans se soucier de son voisin, sans partager l’espérance de Jésus, sans se soucier que le monde va à la perdition ?

Je crois que nous devons prier dans ce temps de crise, que Dieu nous enlève nos écailles de nos yeux afin de voir quel est le plan de Dieu pour nous et pour notre société : de vivre une vie chrétienne selon la Parole de Dieu, de purifier l’Église afin qu’elle puisse être prête lors du retour de notre Sauveur Jésus-Christ, de se soucier des âmes perdues pour les racheter pour Christ.

Pasteur Philippe Reichenbach, Montréal


DÉVOTIONS EN FRANÇAIS POUR LA SEMAINE 6 DE NOS 40 JOURS DE PRIÈRE ET DE JEÛNE

JOUR 36        10 mai 2020

« Arrêtez ! dit-il, reconnaissez-moi pour Dieu » (Psaumes 46.10a)

«Soyez tranquille» sont les mots qui m’appellent à la prière contemplative depuis de nombreuses années maintenant. Pour moi, la prière contemplative repose en Dieu, permettant à l’Esprit de me remplir et de m’émouvoir comme Dieu le veut. C’est la forme de prière la plus simple et celle que les enfants semblent reconnaître naturellement.

Dans une société motivée par le besoin d’accomplir et d’acquérir, dans un monde où nous nous jugeons les uns les autres sur la base de la performance, Dieu nous appelle à la confiance radicale du repos / calme.

Permettre à l’immobilité et à la prière d’être la voie par laquelle notre vision et notre perspective sont ramenées en ligne avec celles de Dieu.

«Soyez tranquille et sachez que je suis Dieu» sont deux commandements d’égale importance.

La phrase latine signifie «quitter» – cesser d’être Dieu pendant un certain temps et le laisser l’être. Cela signifie également «cesser de s’efforcer» – arrêtez de faire et laissez Dieu s’en occuper. Il nous appelle à voir Dieu tel qu’il est et à laisser Dieu être Dieu.

Cela signifie descendre de notre chaise exécutive de contrôle et le reconnaître comme celui qui contrôle. C’est un réalignement de tout, donc cela correspond à Son but. C’est apprendre à voir la réalité du point de vue de Dieu.

En ces jours où la vie a changé à bien des égards, il est bon de savoir que Dieu nous invite dans le lieu de l’immobilité afin de Le découvrir plus pleinement et d’affirmer notre confiance et notre foi.

Il nous invite à «être immobiles et à savoir que je suis Dieu».

Pasteur Craig Peters, Kingston ON

 

JOUR 37        11 mai 2020                Le chantier: devenir singulièrement concentré

On dit qu’une image vaut mille mots. C’est peut-être pour cela que le Seigneur choisit parfois de parler à travers les rêves. Ci-dessous est un rêve que j’ai fait il y a un certain nombre d’années et que j’ai senti provenir de Lui:

En regardant par-dessus un vaste océan, j’ai vu un navire avec une seule voile, comme un vieux galion en bois d’il y a des centaines d’années. La voile principale avait des rayures verticales en rouge orangé et or, et à travers elle était écrite le mot «CÉLÉBRATION».

Le navire était immobile. Bien que le vent soufflait, il était dans un endroit «mort». (c’est un terme connu par les marins se référant à cet endroit où le bateau est positionné avec une voile pleine, mais il n’attrape pas le vent – la voile bat juste et le bateau est reste sur place).

Pendant que je regardais, quelqu’un a ordonné au navire de tourner légèrement vers la droite. Ce faisant, la voile a attrapé le vent et s’est remplie à fond, et le navire a commencé à se déplacer rapidement dans l’eau à une vitesse incroyable.

Le mot sur la voile est passé de l’adoration à la guerre! En bougeant, j’ai senti une vengeance incroyable du Seigneur sur moi; qu’une bataille puissante avait lieu. Je pouvais même entendre des tambours (comme des tambours de guerre).

Mais ce qui a eu plus d’impact, c’est que lorsque ce navire s’est avancé avec force dans l’eau à grande vitesse, j’ai été étonné de voir des multitudes de poissons sauter hors de l’eau dans le navire.

J’ai passé beaucoup de temps à contempler ce rêve, ce qu’il signifie et comment il s’applique. Sur le plan personnel, voici quelques-unes des principales informations que j’en ai tirées. Ce sont les prières que j’ai, et que je continue de prier:

  1. Le vent de l’Esprit de Dieu peut bouger, mais est-ce que je le “rattrape”? Suis-je au courant? Dans quelle mesure est-ce que je discerne sa présence ou ce qu’il fait? Suis-je en train d’écouter? Dois-je répondre dans l’obéissance?
  2. Quelle direction est ma concentration? Suis-je concentré à 100% sur Jésus et son royaume? Ou suis-je un peu en retrait, avec une partie de mon attention sur Lui mais aussi sur les choses de ce monde? En d’autres termes, mon cœur est-il divisé? Qui / que suis-je en train de suivre? Où dois-je passer mon temps, mes ressources, mon énergie? Quels sont mes désirs? Suis-je incliné bas? Qu’est-ce que je crois? Ai-je la foi? En qui ai-je confiance? Est-il ma force? Mon fournisseur?
  3. La bataille appartient au Seigneur! Mais c’est mon choix de me soumettre ou non à sa volonté et de coopérer avec ce qu’il fait. Dieu se déplace-t-il en moi pour apporter sa vengeance contre l’emprise de l’ennemi sur ceux qui m’entourent? Ai-je prier pour eux régulièrement? Suis-je en train de démontrer l’amour de Jésus de manière pratique? Quelle part d’Ésaïe 61: 1-3 les affecte? Suis-je en mouvement dans la puissance de l’Esprit de Dieu, ou suis-je en train de m’efforcer par ma propre force? Comment mon objectif de «célébration» affecte-t-il ceux qui m’entourent? Que voient-ils? Voient-ils un cœur pur? Ou un hypocrite? Voient-ils Jésus? Les prisonniers sont-ils libérés? Les cœurs brisés sont-ils restaurés? En les aimant, combien suis-je prêt à sacrifier pour eux?

En priant ces questions et en examinant mon propre cœur, il a changé avec amour (et oui, parfois douloureusement) mon cœur pour devenir un vrai adorateur, désireux d’adorer «en Esprit et en Vérité», et de me présenter comme un sacrifice vivant! C’est une lutte. Il est déjà assez difficile de lâcher prise sur les «choses de ce monde», mais encore plus difficile de lâcher prise sur «soi». Alors que je me bats dans ce processus de sanctification, je peux, comme Jacob, marcher en boitant. Mais comme dans le rêve, je prie pour que mon “vaisseau” soit tourné si légèrement dans la “bonne” direction, vers Lui, sans distraction, que la puissance de Son Esprit apporterait le réveil à mon propre esprit. Plus encore, mon désir est que ceux dans ma sphère d’influence voient en moi le pouvoir du réveil et viennent en courant vers Lui.

Jean Smith, Ottawa ON

 

JOUR 38        12 mai 2020                Foi de la femme hémorragique

«Si je touche juste ses vêtements, je serai guéri.» (Marc 5.24-34)

Elle était impure. Si les gens la touchaient ou si elle les touchait, ils devenaient également impurs. Pour cette raison, elle a vécu dans l’isolement. Semble familier? Mais «quand elle a entendu parler de Jésus», (j’aime cette phrase) quelque chose s’est élevé en elle; ce qu’il avait fait pour les autres, il pouvait le faire pour elle. Il y avait une étincelle divine de foi et d’espérance. Elle était convaincue dans son cœur que «si je touche juste ses vêtements, je serai guérie».

Elle était également désespérée. Elle avait dépensé tout son argent pour les médecins et les médicaments, “mais au lieu de s’améliorer, elle a empiré”.

Son compte bancaire était vide; sa sécurité financière a disparu. Semble familier? Son désespoir et sa persuasion l’ont conduite à travers la foule, à travers la douleur, à travers l’inconfort, à travers tous les obstacles mentaux et émotionnels… “Si je peux juste arriver à Jésus.” Elle se répétait sans cesse. “Si je peux juste toucher l’ourlet de sa robe, tout ira bien.”

Quelle prière. Quelle démonstration de foi. En feriez-vous votre prière cette semaine?

“Je n’abandonne pas tant que je ne suis pas passé à Jésus; Je n’abandonne pas jusqu’à ce que je prie jusqu’à son cœur. Si je peux juste toucher l’ourlet de sa robe… »

Joel Martin (directeur de la prière de Jeunesse pour Christ), Madoc ON

 

JOUR 39        13 mai 2020   

La foi est une façon de posséder ce qu’on espère, c’est un moyen d’être sûr des réalités qu’on ne voit pas.  C’est parce qu’ils ont eu cette foi que les hommes des temps passés ont été approuvés par Dieu. (Hébreux 11.1-2)

Récemment, j’ai été invité à choisir une image parmi les centaines disposées sur une grande table. Nous devions choisir quelque chose qui se rapporte en quelque sorte à ce qui se passe dans nos vies en ce moment. J’ai choisi l’un des 3 alpinistes reliés par une corde. Ils tracent un chemin à travers la neige haute jusqu’à la hanche en direction du sommet d’une montagne. La neige comme du plomb est si profonde qu’il disparaît presque. Il n’y a pas de chemin à suivre mais ils ne reculent pas.

J’ai été attirée par cette photo car elle représente une belle aventure. Ma marche de la foi a été un voyage incroyable – j’ai vu des membres de la famille venir à Christ, j’ai eu le privilège de participer à un ministère que je n’aurais jamais rêvé de vivre. En regardant en arrière, je vis la vie promise par Jésus, pleine et débordante.

Cependant, j’ai également été attiré par cette image parce que pour ces aventuriers, la voie à suivre n’est pas claire. Leur chemin disparaît sous leurs pieds. La neige est soudainement profonde. On ne sait pas comment ils vont atteindre la montagne à venir. Je me retrouve dans une saison où sur plusieurs fronts, la voie à suivre n’est pas claire. Il y a des lacunes importantes dans lesquelles le Seigneur doit apparaître. Il y a des personnes précieuses dans ma vie qui doivent se tourner vers Jésus avec foi. D’autres qui ont besoin d’une guérison physique quelconque. J’ai des incertitudes financières et je ne sais pas d’où cela va venir. Le Seigneur m’étire et m’invite à marcher dans une saison de foi comme aucune autre fois dans ma vie.

Je réfléchissais récemment à l’histoire du fils prodigue dans Luc 15 et j’étais attiré par la célébration qui se produit lorsque le fils rentre à la maison. Je pensais au veau engraissé qui était prêt et disponible pour aider à célébrer. Je me demandais combien de fois le père mettrait de côté un veau pour un traitement spécial en espérant que celui-ci serait celui qui serait utilisé pour célébrer le retour de son fils. Puis une idée est venue. J’ai ouvert un nouveau compte bancaire et je l’ai appelé Veau gras. Par la foi, j’y mettrai un peu d’argent chaque mois, croyant que dans le futur, nous allons célébrer un certain nombre de fêtes de retour. Je ne peux pas encore le voir, mais je crois qu’Il va le faire.

Récemment, en adoration, cette chanson ci-dessous semblait capturer cette saison dans laquelle je suis. Écoutez et regardez ici.

Et vous? Où sont tes lacunes? Où attendez-vous que le Seigneur apparaisse?

Mark Peterkins (directeur de One Way Ministries), Ottawa ON

 

JOUR 40        14 mai 2020               

Défrichez-vous un champ nouveau car voici qu’il est temps de se tourner vers l’Eternel en attendant qu’il vienne et qu’il fasse pleuvoir la justice pour vous. (Matthieu 6.6)

Sur le bureau de mon ordinateur, j’ai une photo de nuages très sombres, chargés de pluie et explosant avec un puissant éclair. La pluie commence à couler sur un champ plein de grains qui garantira qu’elle ne se flétrira pas et ne mourra pas sur la tige. Je l’ai sur mon bureau depuis quelques années car il représente ce que je désire et prie. Avant le jour de la Pentecôte, les disciples attendaient dans la prière l’effusion du Saint-Esprit. Ils avaient rencontré Jésus et été témoin de sa résurrection, ils avaient été formés par le maître disciple, ils avaient eu des expériences pratiques incroyables, ils avaient été mandatés et chargés d’aller dans le monde entier et de faire des disciples… ..et pourtant ils n’étaient pas prêt à faire le travail! De quoi auraient-ils besoin de plus, demandons-nous, si quelqu’un était si préparé aujourd’hui? La réponse est «pouvoir». Juste avant que Jésus ne monte au ciel, il leur a dit d’attendre le cadeau que le Père leur avait promis (et à nous): «vous recevrez la puissance lorsque le Saint-Esprit viendra sur vous; et vous serez mes témoins ». Et le jour de la Pentecôte, l’éclair a frappé, le tonnerre a roulé et l’Esprit s’est déversé sur eux…. et 3000 ont été sauvés ce jour-là.

Je me rends compte qu’en tant que croyants, nous avons l’Esprit qui habite en nous, mais je crois aussi que nous avons besoin d’un baptême de l’Esprit frais, remplissant, débordant, pour produire le fruit que nous attendons. Il y a des exemples de cela dans les Écritures et dans l’histoire de l’église. Nous appelons ces temps «renouveau» ou «réveil». L’église en Occident est en déclin et l’impie est en augmentation. C’est une saison de sécheresse et de stérilité pour laquelle je ne pense pas que nous devons nous contenter. Nous devons nous élever comme le prophète Osée a exhorté les Israélites à le faire et à «casser votre terre non labourée; car il est temps de chercher l’Éternel, jusqu’à ce qu’il vienne et te fasse justice ». Nous devons faire une introspection. Nous devons chercher le Seigneur pour voir s’il y a des domaines dans nos vies qui sont devenus durs, obstrués par les mauvaises herbes, incroyants et qui ne répondent pas au Saint-Esprit. Nous devons le faire individuellement et collectivement et Lui confesser nos péchés (même publiquement le cas échéant) comme Il nous les révèle. Ensuite, nous devons prier pour la pluie (Jm 5, 18) et nous attendre à ce que Dieu entendra nos prières et répandra sur nous la justice qui portera une merveilleuse moisson de vies transformées, à la fois des croyants et des non-croyants. C’est ce qu’ont été ces 40 jours de prière et de jeûne. Dans les jours à venir, en tant que famille d’églises, continuons de Le chercher pour la pluie.

Pasteur Ken Roth (responsable de l’équipe nationale de prière), Ottawa ON

ajax-loader